Communication par UDP

Dans le  CUBOT, nous utilisons, comme dit précédemment, deux SBC65ec équipées d’un  PIC18F. Cependant, ces cartes ne doivent pas être indépendantes mais doivent  communiquer. Le protocole de communication utilisé est l’UDP (User Datagram  Protocol).

Un paquet  UDP est plus léger qu’un paquet TCP (Transmission Control Protocol). En effet,  contrairement au TCP, l’UDP ne possède pas de structure de contrôle de flux.  UDP est donc plus rapide, moins couteux en ressource, mais ne permet de  s’assurer que les paquets envoyés ont bien été réceptionné. Cependant, cela  n’est pas très grave dans notre cas, ou les données sont transmises en petites  quantités. Le risque de perte de données est donc relativement petit.

L’en-tête du segment UDP est très  simple :

Signification des différents champs :

  • Port Source : il s’agit du numéro de port  correspondant à l’application émettrice du segment UDP. Ce champ représente une  adresse de réponse pour le destinataire.
  • Port Destination : Ce champ contient le  port correspondant au destinataire auquel on s’adresse, dans notre cas, l’autre  SBC.
  • Longueur : Ce champ précise la longueur  totale du segment, en-tête comprise, or l’en-tête a une longueur de 4 x 16 bits  (soient 8 x 8 bits) donc le champ longueur est nécessairement supérieur ou égal  à 8 octets.
  • Somme de contrôle : Il s’agit d’une somme  de contrôle réalisée de telle façon à pouvoir contrôler l’intégrité du segment.

Le  protocole UDP nécessite donc une initialisation. La figure 5 contient le code  de configuration de ce protocole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>